CVT La Theorie du donut 6839Enfin traduit en français, La Théorie du Donut de Kate Raworth est une invitation à déconstruire notre façon de penser (et surtout d’enseigner) l’économie, et à se défaire des cadres de pensée, images et graphiques qui ont été enseignés au cours des 150 dernières années. Selon Raworth, il est indispensable de sortir du cadrage unique enseigné aux milliers d’étudiants en économie de par le monde.

Pour cela, Raworth propose l’image du « donut ». Cette théorie s’articule autour de sept idées. Premièrement : il faut changer de but, à savoir, satisfaire les droits humains de chaque individu, dans les limites des moyens de notre planète plutôt qu’en rechercher à tout prix la croissance. Une pensée régénérative avec une vue d’ensemble du « tableau », réencastrant l’économie dans la société et l’écosystème, évitant sa dégradation. La création d’une économie circulaire permettrait aux humains de redevenir des participants à part entière dans les processus cycliques de la vie sur Terre.

La Théorie du Donut passe aussi par le fait de se départir des images fondées sur des idées erronées ou simplifiées à outrance comme l’image de l’homo œconomicus rationnel et égoïste qui ne reflète pas le fait que nous sommes des êtres aux valeurs fluides et dépendants du monde vivant. Parallèlement, les inégalités ne doivent pas être vues comme inéluctables ou faisant partie du système : c’est la redistribution des richesses (plutôt que des revenus) qui doit être recherchée. Enfin, nous avons besoin non pas d’une économie qui croisse mais d’une économie qui nous épanouisse.
La Théorie du Donut est donc, plus qu’une prescription de mesures, un appel à s’emparer des idées émergentes pour une économie du 21e siècle capable d’analyser un système complexe. 

 

 

Kate RAWORTH, La théorie du donut, Paris, Plon, 2018, 432 pages

Le Gavroche

Une société de la mise au ban

Cet automne, les quais de la gare du Nord ont perdu un supplément d’âme. Adieu les… Lire la suite
Mai 2019

Tous les numéros

DEMO 9 septembre 22