Photo Dossier Juin 2014 3 copyright wisaflcio - Copie

En septembre 2013, lors d’une importante convention (congrès) tenue à Los Angeles , l’AFL-CIO 2, la seule coupole syndicale des États-Unis, a évalué son fonctionnement. Verdict : son fonctionnement trop étroit, axé uniquement sur les entreprises et les secteurs, diminue la portée du mouvement syndical. À fonctionnement inchangé, ce dernier semble donc en danger au sein de la première puissance mondiale. Pour envisager l’avenir avec sérénité, il doit impérativement revoir ses manières de penser et d’agir. Explications.

Lire la suite...

ChomageSiteDmo copyright wisaflcio

 

En septembre dernier, les Équipes populaires et Présence et action culturelles lançaient une campagne au titre expressément provocateur : « Tous des glandeurs !? ». C’est ce qu’on entend en effet dire des travailleurs privés d’emploi, qu’on appelle « chômeurs ». Car le chômeur est considéré comme le principal responsable de sa situation. Pire encore, il se complairait dans une certaine oisiveté. Or, sa réalité quotidienne n’a rien d’enviable, d’autant que le gouvernement fédéral a adopté récemment de nouvelles mesures de dégressivité des allocations de chômage. Il est donc grand temps de casser le mur de ces préjugés et de prôner une vraie démarche collective dans l’accompagnement des travailleurs privés d’emploi.

Lire la suite...

L’allocation universelle revient dans le débat social comme une idée permettant de déjouer la relative impuissance des progressistes à (ré)inventer des projets mobilisateurs. Très schématiquement, elle permettrait d’accorder plus d’autonomie à chacun, y compris pour mener des projets collectifs. Ses partisans n’en font pas toujours une panacée, mais lui assignent plusieurs objectifs dont celui de combattre le chômage ou la pauvreté. Mais, outre de n’avoir guère de chance d’être adoptée, l’allocation universelle pourrait être d’une efficacité illusoire et s’avérer périlleuse sur le plan social. Pour autant, en débattre peut inspirer d’autres réformes ou relancer d’autres utopies dont nous avons besoin pour (re)passer à l’action. Décryptage d’un débat complexe.

Lire la suite...

Du 5 au 20 juin dernier, se déroulait la 102e session de la Conférence internationale du Travail, à Genève. Comme chaque année, la CSC y était bien représentée pour défendre les intérêts des travailleurs. Au menu notamment, des discussions concernant le « nouveau contexte démographique »  et la traditionnelle analyse du rapport de la Commission d’experts. Annuellement, ce dernier égratigne certains pays pour non-respect des droits du travail. Cette année, la Grèce est particulièrement pointée du doigt, tant les politiques d’austérité qui y sont mises en œuvre rognent des droits fondamentaux. Compte-rendu.

Lire la suite...

Depuis plusieurs années, les demandes d’aide juridique explosent. Dans les faits, la situation devient intenable, non seulement pour le secteur associatif complètement débordé, mais aussi pour les avocats très faiblement rémunérés. Une réforme s’imposait donc. Soucieuse de maintenir l’ « équilibre budgétaire », la ministre de la Justice a proposé une réforme qui sanctionne un public déjà fragilisé et qui écorne la philosophie de l’aide juridique. Or, des solutions alternatives et plus respectueuses existent. Rétroactes.

Lire la suite...

La fraude sociale est un concept particulièrement vague qui rassemble des pratiques aussi diverses que les arrangements à la petite semaine des allocataires sociaux cherchant à nouer les deux bouts avec des indemnités inférieures au seuil de pauvreté (772 euros pour un isolé), mais aussi la traite des êtres humains liée à la criminalité organisée. Depuis les « veuves joyeuses » des logements sociaux qui divorcent fictivement pour percevoir des allocations d’isolé jusqu’au négrier exploitant une main-d’œuvre dénuée de tout droit, le portrait-robot du fraudeur social est flou. Ou plutôt, il a plusieurs visages.

Lire la suite...

Évoquer ce qu’il est convenu d’appeler le « modèle social européen » constitue un véritable défi dans le contexte actuel. Pour le réussir, il est nécessaire de passer par le concept de « solidarité » et par la manière dont ce concept est mis en œuvre (ou pas) au niveau européen. L’impasse dans laquelle se trouve la solidarité est en effet attribuable en partie à l’absence d’un véritable « projet social », mais aussi au fait que la manière de concevoir et d’exprimer la solidarité prenne actuellement un nouveau visage, générateur de confusion, celui de la « solidarité compétitive ».

Lire la suite...

Nous proposons ici de placer une loupe sur la nouvelle procédure d’élaboration du budget des soins de santé. Nous verrons qu’elle a sensiblement augmenté les compétences du Comité de l’assurance et qu’elle a été scrupuleusement suivie par les acteurs. Son application constitue donc une première, mais également une réussite car, en peu de temps, un accord s’est dégagé autour d’une proposition qui respecte la norme de croissance réelle des dépenses publiques de santé, mais qui réserve également une place aux nouvelles initiatives et se traduit par une position courageuse dans la proposition de mesures d’économies.


Lire la suite...

Le dossier des « fins de carrière » a longtemps nagé dans une confusion dont il est loin d’être sorti. Le flou des positions gouvernementales avait été dénoncé, notamment par les dirigeants de la CSC, dès l’ouverture des négociations. Le texte finalement adopté par le gouvernement diffère sur des points importants des notes initiales déposées par la ministre de l’Emploi, sans parler des épouvantails agités par la branche libérale du gouvernement, et beaucoup de différences vont dans le sens des thèses syndicales. Peut-on y voir une victoire des négociateurs syndicaux ? Ou ceux-ci sont-ils, finalement, arrivés au point auquel on voulait les mener ?


Lire la suite...

Le vieillissement est trop souvent associé aux coûts budgétaires qu’il représente. Inévitablement, il suscite des questions à propos de la pérennité des systèmes sociaux et tout particulièrement des pensions publiques et soins de santé collectifs. Systématiquement, on omet de souligner le « marché » que les personnes âgées alimentent par leurs multiples demandes, chaque secteur social étant perçu comme une charge qu’il faut financer par une pression accrue sur les facteurs de production (1).


Lire la suite...

Le Gavroche

Une société de la mise au ban

Cet automne, les quais de la gare du Nord ont perdu un supplément d’âme. Adieu les… Lire la suite
Mai 2019

Tous les numéros

DEMO 9 septembre 22