Si une grenouille est plongée subitement dans une marmite d’eau bouillante, elle s’échappera d’un bond... Réflexe de survie. Mais
si notre amie batracienne est placée dans une casserole d’eau froide portée progressivement à ébullition, elle y restera... jusqu’à trépas. Convoquée pour décrire notre peu de réactions par rapport au désastre environnemental (par Al Gore notamment, dans « Une vérité qui dérange »), cette fable pourrait aussi faire réfléchir à ce qui nous arrive face aux drames migratoires qui se jouent depuis des décennies dans nos villes ou aux frontières de notre Europe forteresse. Comment ne pas s’y habituer, ou ne pas s’y résigner ? « La normalisation des narratifs crée une insensibilité à l’égard des migrant·es », observait Omar Ba, consultant en diversité et inclusion, lors d’un récent colloque autour du projet européen
« Opportunities » sur les récits de migrations. Cela nous rappelle l’urgence de ne
pas s’engourdir et de créer d’autres récits puissants face à l’indifférence et au mépris de l’État de droit, de notre gouvernement. Ce que font celles et ceux, avec et sans papiers, qui, dans leur foyer ou dans la rue, maintiennent l’indignation à ébullition. #

 

Le Gavroche

Maintenir l'indignation à ébullition

Si une grenouille est plongée subitement dans une marmite d’eau bouillante, elle… Lire la suite
Mai 2019

Tous les numéros

DEMO 1 janvier 23