capital et ideologie 1318903 264 432Thomas Piketty s’est fait un nom suite à la parution, en 2013, d’un ouvrage qui fait aujourd’hui référence dans les milieux économiques et politiques progressistes. Le capital au XXIe siècle se penchait avec brio sur le creusement des inégalités des revenus et des patrimoines depuis une quarantaine d’années. Capital et idéologie poursuit le travail entamé. Remarquablement bien écrit, le livre dessine d’abord une sorte de fresque qui a pour ambition de proposer une histoire à la fois économique, sociale, intellectuelle et politique des régimes inégalitaires (système des castes en Inde, dette haïtienne imposée par la France à son indépendance, mainmise des oligarques russes sur la propriété publique...).

Mais l’intérêt majeur de l’ouvrage réside dans les solutions que propose Thomas Piketty pour réduire les inégalités et empêcher une alliance entre ce qu’il nomme l’« hypercapitalisme » et les positionnements nationalistes et identitaires. Parmi ces solutions, l’instauration d’un impôt sur la propriété « fortement progressif » pouvant atteindre 90 % pour les patrimoines les plus élevés; la cogestion des entreprises (les salariés recevant 50 % des sièges dans les conseils d’administration); le relèvement des taux des tranches supérieures de l’impôt sur le revenu et les successions (jusqu’à 90 %) ; le rééquilibrage effectif et vérifiable des dépenses éducatives en faveur des zones défavorisées; la création d’un cadastre international contre l’évasion fiscale... Ce qui frappe après avoir refermé l’ouvrage, c’est la posture résolument optimiste de l’économiste qui tend ici à prouver que, oui, une alternative est possible ! Puissent certains décideurs y trouver de l’inspiration... 

 

 

Thomas PIKETTY, Capital et idéologie, Paris, Seuil, 2019, 1232 pages

Le Gavroche

Bonne nouvelle

Bonne nouvelle. Le baromètre de la générosité vient de révéler ses résultats chez nos… Lire la suite
Mai 2019

Tous les numéros

avril 2020