Photo Une Dossier Copyright  eFile989Dès que certains évoquent une hausse de la TVA, les progressistes de tout bord tirent à boulets rouges sur la proposition. À raison, car une augmentation généralisée du taux de la TVA ferait porter l’effort budgétaire sur l’entièreté de la population, quel que soit le niveau de revenus des uns et des autres. Mais qu’en est-il lorsqu’il s’agit des taux réduits de TVA (ceux de 6 % ou de 12 %) ? Une telle réforme impacterait-elle tous les citoyens de la même manière ? Ou certains seraient-ils plus concernés que d’autres ? Et si, contre toute attente, la mesure se révélait à l’avantage des moins bien lotis ? Analyse.

Lire la suite...

Thierry Dock1

 

Les inégalités n’ont jamais été aussi fortes entre les plus riches et les plus pauvres. Or, la première mission de la fiscalité consiste à réduire ce fossé. Son échec est donc cuisant. La faute à une politique fiscale très présente sur les revenus du travail, mais aux abonnés absents sur les revenus du capital. Des réformes politiques d’envergure sont dès lors nécessaires pour enrayer cette spirale infernale. Pour Thierry Dock, tant la Belgique que l’Union européenne doivent prendre leurs responsabilités. Interview.

Lire la suite...

fsicalite2 copyright vistavisionLa fiscalité s’est imposée comme sujet majeur des élections du 25 mai, chaque parti y allant de sa réforme. Devant la technicité du sujet et les messages qui se répondent dans la campagne, l’électeur aura bien du mal à en percevoir les enjeux. La relance par la fiscalité est-elle la bonne formule ? Le contexte de crise peut- il  influencer le coût de la réforme ? Ne faut-il pas plutôt augmenter les recettes fiscales pour répondre aux défis ? C’est sous forme de questions-réponses que ces interrogations sont ici traitées de manière pédagogique et critique. Il ne s’agit pas d’une étude comparative des réformes des différents partis, mais plutôt d’un regard critique à l’égard des différentes propositions fiscales mises sur la table et de voir comment elles répondent aux conceptions progressistes en la matière et notamment à celles défendues par le MOC1

 

 

Lire la suite...

paradis fiscaux EnoughFoodlf

 

Les multinationales s’arrangent pour payer, légalement, de moins en moins d’impôts sur leurs profits. Comment ? En déplaçant artificiellement ceux-ci vers leurs filiales établies dans les paradis fiscaux. L’Organisation de coopération et de développement économiques  (OCDE) a enfin décidé de réagir avec le plan « BEPS ». État des lieux et perspectives.

Lire la suite...

Bank copyright zug55En 2008, pour sauver l’économie menacée d’effondrement, l’État belge a renfloué des banques privées parce que celles-ci avaient pris des risques excessifs sur les marchés et mis en danger l’épargne des citoyens. Le 20 décembre dernier, le gouvernement belge a adopté une réforme bancaire censée enfin protéger les contribuables et les épargnants contre les dangers de la spéculation financière. Mais cette réforme s’avère trop modeste pour empêcher de nouvelles crises de toucher l’économie belge. Analyse.

Lire la suite...

À l’heure où la pression européenne est forte sur les États pour qu’ils mènent des politiques d’austérité devant leur permettre de retrouver l’équilibre financier, la gauche se doit d’être offensive et de proposer des alternatives. En l’espèce, la fiscalité « verte » a peut-être un rôle salvateur. Elle pourrait en effet être un des outils potentiels permettant de concrétiser une transition vers un autre modèle de développement. Mais les taxes environnementales n’ont lieu d’être que si elles remplissent différentes conditions au plan social. Explications.

Lire la suite...

La lutte contre les paradis fiscaux est essentielle. C’est une clé pour construire davantage de justice fiscale. Longtemps, les riches contribuables, les grosses entreprises, les gouvernements de droite ont résisté. Et continueront à le faire. Car les paradis fiscaux leur sont bien utiles pour pratiquer la fraude ou l’évasion et échapper à l’impôt dont ils devraient s’acquitter. Mais la crise dans laquelle s’enlisent les pays industrialisés est une opportunité. Car sous la pression des citoyens et devant la nécessité de rétablir l’équilibre des finances publiques, les lignes pourraient bouger.

Lire la suite...

Le 21 juin dernier, le parlement wallon a voté un décret destiné à encadrer le commerce des armes et notamment l’exportation des armes fabriquées en Wallonie qui avait longtemps nourri la polémique. Le mois suivant, se tenait à New York une Conférence des Nations Unies ambitionnant de finaliser un Traité mondial sur le commerce des armes. Un seul constat: à Namur et plus encore à New York, l’éthique et les droits de l’homme n’ont pas fait le poids face au puissant lobby des fabricants d’armes.

Lire la suite...

La situation des chemins de fer en Belgique. Un dossier complexe qui met en présence des enjeux multiples ; de mobilité bien sûr, de services publics évidemment, et qui renvoie à des questions économiques, sociales, politiques et environnementales. Il est divisé en trois parties. La première revient sur la libéralisation en cours qui a modifié le paysage ferroviaire tant en Belgique, qu’en Europe. La deuxième partie fait le point sur les problèmes actuels au sein de la SNCB et leurs impacts sur les missions de service public. Enfin, la dernière partie est consacrée à une interview de Céline Tellier, chargée de mission « mobilité » à l’association Inter-Environnement Wallonie.

Lire la suite...

 - Pourquoi la diminution de l’offre ferroviaire ne peut pas être une option ?

- Céline Tellier: Cette décision va à l’encontre des évolutions nécessaires en matière de mobilité. Premièrement cela ne répond absolument pas à la demande des usagers puisque depuis 1995 on constate une augmentation de plus de 55 % du nombre de voyageurs au niveau de la SNCB. Deuxièmement, nous devons d’ici à 2020 réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) de 30 % par rapport à 1990. Dans cet effort à fournir, le secteur du transport est un enjeu énorme. Entre 1990 et 2009, les émissions de CO2 imputables à ce secteur ont augmenté de 33 % ! Diminuer l’offre de trains est en contradiction complète avec la nécessité d’un report modal massif vers le train qui reste le mode de transport le moins polluant. Enfin, selon les estimations du Bureau du Plan, on devrait assister à une augmentation de 30% du nombre de déplacements entre 2005 et 2030 à l’échelle nationale. Cela va nécessiter des investissements massifs dans le secteur ferroviaire et celui des transports publics en général.

Lire la suite...

Le Gavroche

Traité international pour lutter contre les pandémies

Un Traité international pour lutter contre les pandémies. En voilà une bonne idée !… Lire la suite
Mai 2019

Tous les numéros

avril 2020