Gavroche 12 20À celles et ceux qui doutaient encore de l’impact du confinement sur la santé mentale des jeunes, le groupe Facebook de thérapie contre le manque de guindailles des étudiants de l’UCLouvain et ses 11.000 membres masculins, le dénommé Louvain-le-Mec, vient de le confirmer. Le confinement a bel et bien commencé à atteindre les neurones de certains de ces jeunes hommes. En effet, à force de ne plus voir leurs camarades de classe de l’autre genre en chair et en os, ils ont fini par fantasmer. Et si ces jeunes femmes qui s’organisent sur leur propre groupe Louvain-la-Meuf pour se communiquer leurs bons plans pour rentrer chez elles après une soirée sans risquer de se faire violer, au lieu « de pleurer sur les bons plans shopping perdus à cause de la fermeture des commerces », n’étaient pas en fait occupées à préparer une révolution féministe contre tous ces jeunes apprentis machos ? À voir comment certains membres de Louvain-le-Mec les dépeignent à l’envi comme des lave-vaisselles et traitent les garçons qui penseraient l’inverse de « faux » hommes (une insulte peut-être ?), elles n’auraient franchement par tort. Trump et son fameux « grab them by the pussy » y retrouve de dignes disciples. S’il faut compter sur cette future élite intellectuelle masculine pour faire progresser le Gender Equality Index de la Belgique, on n’est pas rendu comme on dirait dans la Belle Province. C’est à se demander si depuis la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne d’Olympe de Gouges du chemin a été parcouru dans la tête de certains hommes. 

Le Gavroche

À l’heure d’écrire ces lignes

À l’heure d’écrire ces lignes, les eaux diluviennes commencent à lentement se retirer des… Lire la suite
Mai 2019

Tous les numéros

avril 2020