La création d’un service des créances alimentaires, destiné à venir en aide aux personnes dont l’ex-conjoint ne verse pas les pensions alimentaires, fut annoncée en grandes pompes en 2003 par le gouvernement précédent. Pourtant, il se fait toujours attendre, du moins sous la forme promise… C’est-à-dire pas seulement la création d’un service de recouvrement mais également d’un service d’avances. Or, seul le service de recouvrement existe actuellement et rien ne laisse à penser qu’un changement peut être attendu pour 2005. Ce sont ainsi 175 000 familles monoparentales, avec une majorité de mamans créancières qui sont touchées. Démocratie avait consacré en janvier 2004 un dossier au fonds de créances alimentaires, un an plus tard, force est de constater que rien n’a bougé.


Lire la suite...

De plus en plus aujourd’hui, le temps s’impose comme un enjeu collectif. L’accélération des rythmes, l’urgence, la désynchronisation des temps sociaux, le tempo des technologies, l’harmonisation des problématiques liées au temps et à l’espace sont des enjeux qui interpellent un nombre croissant d’acteurs. Dans le cas des femmes salariées, le temps a toujours constitué une préoccupation cruciale : manque de temps, problèmes de conciliation des horaires, improvisation journalière, agendas surchargés, sont le quotidien de la plupart des femmes actives qui ont une charge de famille. Donner une dimension collective à la problématique du temps constitue une réelle opportunité pour sortir ces dilemmes du domaine privé et en faire véritablement une responsabilité collective, à la fois du monde professionnel, des pouvoirs publics, des entreprises.


Lire la suite...

Sa création avait été annoncée en grandes pompes en février 2003 par le gouvernement précédent et saluée par toutes les organisations féminines et familiales. Le Service de créances alimentaires a finalement été victime des négociations budgétaires menées par les mêmes ministres qui avaient célébré sa mise en place pour septembre 2003. La coalition violette promet à présent le lancement du Service de recouvrement des créances pour juin 2004 et, pour les avances, la date sera fixée par arrêté royal, c’est-à-dire sine die. Un report loin de ravir tout le monde…


Lire la suite...

« Après une longue attente et de nombreuses péripéties, c’est à l’unanimité, moyennant 31 abstentions (CD&V, Blok et N-VA) que la Chambre a approuvé le 23 janvier 2003, la proposition créant un Service d’avance et de recouvrement de créances alimentaires au sein du ministère des Finances. » Un communiqué laconique pour une grande victoire. Démocratie revient sur cette fameuse loi et en décortique les différents aspects.


Lire la suite...

Le coup de griffe antiféministe est une expérience connue de toutes les féministes. Cette agression-là n’est d’ailleurs pas destinée qu’aux seules féministes mais bien à toutes les femmes. L’antiféminisme agit sourdement lorsqu’il culpabilise les femmes, pollue les esprits, présente la soumission comme une attitude payante, masque les inégalités… Il agit au contraire avec violence lorsqu’il inscrit directement la domination sur le corps des femmes. Mais l’antiféminisme n’est jamais loin de l’antimilitantisme et sa force réside dans sa faculté à démobiliser les femmes.


Lire la suite...

 

Nul n’est besoin de le rappeler : nous vivons dans un monde profondément inégalitaire, dans lequel les chances de disposer d’un environnement épanouissant et menant au bien-être ne sont pas identiques pour l’ensemble des citoyens, dès le début de leur vie. Cette inégalité, au départ renforcée par la logique libérale progressivement imposée à toutes les sphères de la société, trouve son essence dans la course au profit individuel et à la compétition, l’exacte antithèse de l’égalité. Afin d’enrayer ce processus, des organisations syndicales, des associations et des partis politiques progressistes, regroupés pour la circonstance, veulent mettre sur pied des "Assises pour l’Égalité".

 

Lire la suite...

Le 17 octobre, la ville de New York connaîtra le plus grand rassemblement mondial de femmes qu’elle ait jamais connu. Ce sera pour des milliers de femmes le point culminant d’une mobilisation internationale qui a débuté il y a plus de deux années, à l’initiative de la Fédération des femmes du Québec.


Lire la suite...

Depuis plus d’un an, la société marocaine est divisée par une polémique qui trouve écho aussi bien sur la scène politique que dans la presse, ou, plus récemment, dans la rue, à l’occasion des marches organisées le 12 mars autour de la Journée de la femme. L’enjeu de ce débat passionné peut se résumer en une phrase: faut-il ou pas accorder plus de droits aux femmes marocaines ?


Lire la suite...

Depuis que le jeune roi du Maroc, Mohamed VI, a mis l’accent sur l’importance qu’il accorde à la destinée des femmes de son pays, la femme marocaine a retrouvé un regain d’intérêt dans le débat politique. Au centre de ce débat : le Plan d’action national pour l’intégration de la femme au développement. S’il est adopté, ce plan aura des conséquences directes pour les femmes marocaines qui vivent en Belgique. Aujourd’hui, celles-ci sont entièrement soumises à la loi marocaine et donc à la Moudawana (répudiation, rapts d’enfants…). Dans l’attente d’une solution définitive, les cours belges "bricolent" et interprètent chacune à leur façon…


Lire la suite...

Malgré le poids des tabous, des religions et cultures culpabilisantes, voire menaçantes, les femmes osent de plus en plus dénoncer les violences dont elles sont les cibles. Soutenues et relayées depuis de nombreuses années par les associations de femmes, elles ont trouvé un précieux point d'appui auprès des instances européennes et internationales.

 

Lire la suite...

Le Gavroche

#ICantBreathe

Zineb Redouane (80 ans, France), George Floyd (46 ans, USA), Eric Garner (44 ans, USA),… Lire la suite
Mai 2019

Tous les numéros

avril 2020