La directive Bolkestein, aujourd’hui appelée directive « services », fait désormais l’objet d’un consensus entre Commission, Conseil et grands groupes politiques du Parlement européen (conservateurs, démocrates-chrétiens, libéraux et la majorité des socialistes). Formellement adoptée ce mois de décembre, elle devrait entrer en vigueur d’ici 2010.

Lire la suite...

Déodorants, gels douche, télévisions, vêtements de sports, jouets, nettoyants, lessives : nous sommes entourés de produits de consommation courants qui nous empoisonnent la vie, au sens littéral du terme. Si les preuves scientifiques irréfutables du lien entre augmentation des cancers, des allergies, de l’asthme et profusion de produits chimiques dans la vie quotidienne sont difficiles à établir, des scientifiques de plus en plus nombreux lancent un cri d’alarme : « la production de substances toxiques est un crime contre l’humanité » (1). En ce mois de décembre, l’Union européenne doit en principe adopter la réglementation Reach, dont l’objectif est d’instaurer un nouveau système, plus prudent, de contrôle de ces substances.


Lire la suite...

Depuis quelques années, on voit fleurir un nouveau jargon politique fait de « gouvernance », de « plans stratégiques », de « contrats » entre « partenaires »… Mode passagère censée rapprocher le politique de la société civile, ou reflet d’une évolution profonde, d’un véritable changement de paradigme dans l’action publique ? Enquête d’Olivier Paye dans cette Novlangue qui – qu’on le veuille ou non – force peu à peu les acteurs y compris sociaux à changer leurs stratégies d’action politique.


Lire la suite...

Comment reconstruire une conception du progrès qui, aujourd’hui, aurait la même force que lorsqu’au début du XXe siècle, il s’agissait d’intégrer le prolétariat dans la société et de lutter pied à pied pour diminuer le malheur et l’injustice ? S’il y a une question à se poser maintenant, c’est bien celle-là (1). Les partis politiques progressistes, les partenaires sociaux et les associations de la société civile sont-ils en mesure de reconstruire une conception du progrès dans un contexte de mondialisation ?


Lire la suite...

Il serait cruel de rappeler les promesses faites par nos différents gouvernements et les institutions européennes dans le courant des années 90 au sujet de l’euro. En 1996, la Commission européenne écrivait : « l’adoption d’une monnaie unique permettra aux États membres d’influencer davantage les politiques économiques. Elle aidera à stimuler la croissance et l’emploi » . On avait même cité un chemin de croissance de l’ordre de 3 %. Mais alors, comment expliquer le manque de dynamisme actuel de l’économie, voire son atonie, et ses conséquences sur l’emploi et le chômage ? Dans les pages qui suivent, Réginald Savage tente d’apporter des éléments de réponse à ces questions.


Lire la suite...

En juin dernier, Laurent Fabius, ancien premier ministre français et actuel numéro 2 du PS, annonçait son intention de rejeter le projet de traité constitutionnel européen. Depuis lors, la valse des arguments et contre-arguments à l’égard de cette « constitution » n’a cessé de prendre de l’allure dans la classe politique de l’Hexagone, avec ses habituelles répercussions sur le débat politique belge. Ce débat renvoie à trois questions fondamentales : que peut-on attendre d’un traité constitutionnel ? Celui qui nous est proposé entraîne-t-il un recul des dispositions sociales actuelles de l’Union européenne ? Quelles sont les stratégies possibles à son égard ? Ce sont ces trois questions que nous tentons de débroussailler dans les lignes qui suivent.


Lire la suite...

Le 13 janvier dernier, la Commission européenne lançait une proposition de directive sur les services dans le marché intérieur. L'objectif affiché de ce document, appelé à tort directive Bolkestein (1), est de débarrasser l'Europe de toute sa « bureaucratie » afin de libérer son potentiel de croissance de manière à réaliser les objectifs de Lisbonne (2) en matière de compétitivité et d'emplois. Cette présentation est en réalité un raccourci insidieux : sous le masque de la simplification administrative – le nouveau mantra européen –, on ouvre grand la porte à une libéralisation débridée de potentiellement tous les services et pointe une arme à feu sur la tempe du modèle social européen.


Lire la suite...

Que font les députés belges qui siègent au Parlement européen ? Des petits coups de sonde dans les cafés politiques et autres conférences débats semblent montrer que les citoyens ignorent à peu près tout de ce qui se trame dans les travées de l’Assemblée de Strasbourg. À la veille des élections européennes du 13 juin, nous avons entrepris de dresser un petit bilan de l’activité des europarlementaires belges francophones. Pour une fois, cet exercice n’est pas centré sur le contenu politique proprement dit mais sur l’activité de nos élus, au jour le jour. En d’autres mots : qu’ils soient de gauche, de droite, du centre ou écologistes, ont-ils bossé durant la législature écoulée ?


Lire la suite...

Depuis la chute du mur de Berlin et l’effondrement de l’URSS qui s’ensuivit en décembre 1991, il aura fallu près de quinze ans pour que les nouvelles démocraties d’Europe centrale et orientale rejoignent l’Union européenne. Aujourd’hui, la naissance de l’Europe des 25 n’est pas un aboutissement, mais le point de départ d’une nouvelle « aventure ». Avec ses promesses et ses risques.


Lire la suite...

Désormais, l’Union européenne dispose officiellement d’un concept stratégique de sécurité. Le document, élaboré par M. Javier Solana, Haut représentant pour la politique étrangère et de sécurité commune de l’UE et intitulé « Une Europe sûre dans un monde meilleur », a été adopté par le Conseil européen des 12 et 13 décembre 2003 qui a clôturé la présidence italienne (1) .


Lire la suite...

Le Gavroche

Bonne nouvelle

Bonne nouvelle. Le baromètre de la générosité vient de révéler ses résultats chez nos… Lire la suite
Mai 2019

Tous les numéros

avril 2020