L’enseignement de qualification (1), qui accueille plus de 100.000 élèves en Communauté française, souffre d’une image particulièrement dégradée : enseignement de relégation et du "second choix", démotivation des élèves, épuisement des enseignants, manque de débouchés professionnels, obsolescence des équipements, violence… Une réforme importante, commencée sous la précédente législature, est en voie d’opérationalisation. Son objectif : revaloriser l’enseignement technique et professionnel en le rendant plus performant et donc plus attractif. L’enjeu est donc de taille et ne va pas sans soulever quelques difficultés, voire parfois de lourdes inquiétudes.


Lire la suite...

Une réforme d’une telle envergure ne va pas, on s’en doute, sans soulever bon nombre de critiques et d’inquiétudes… Première critique récurrente : le travail mené au sein de la CCPQ a cruellement manqué de transparence; manque de transparence aggravé, dit-on, par la volonté patronale d’en accélérer le rythme. Il faut en effet reconnaître que cette réforme qui concerne, rappelons-le, près de la moitié des élèves inscrits dans l’enseignement secondaire a eu un écho extrêmement limité au sein des médias classiques (en comparaison avec la réforme sur les devoirs à domicile par exemple) et a également, par voie de conséquence, très peu animé le débat public.


Lire la suite...

Depuis 25 ans, on assiste à une augmentation continue du niveau de diplôme le plus élevé obtenu par la population ayant quitté l’enseignement de plein exercice (dit "niveau de diplomation"). En 1996, près d’un Belge sur deux (40% pour les femmes en Région wallonne) possédait un diplôme de fin d’études secondaires, contre 15% seulement en 1970. Et près d’un Belge sur cinq a un diplôme de l’enseignement supérieur. Il s’agit là d’un pourcentage parmi les plus élevés observés dans les pays de l’OCDE (2).


Lire la suite...

En janvier 1998 se mettaient progressivement en place dans l’enseignement en Communauté française ce qu’il est désormais convenu d’appeler les Conseils de participation. Institués par décret, ces Conseils offrent aux différents acteurs de l’institution scolaire la possibilité de prendre démocratiquement et activement part au pilotage de leur établissement. Deux ans plus tard, peut-on considérer qu’ils ont atteint leurs buts ?


Lire la suite...

"Enfant chéri" des uns, "vilain coco" pour d'autres (du moins à ses débuts), la FOPES, la Faculté ouverte de politique économique et sociale, fêtera ce 20 novembre son quart de siècle. L'occasion de faire le bilan de vingt-cinq années dédiées à la formation des "acteurs de changement".


Lire la suite...

Certains actes de violence graves ont marqué ces derniers temps le monde de l’école en Communauté française. Aussi inquiétants soient-ils, ils demeurent pour l’instant exceptionnels. Reste que l’école est de plus en plus confrontée à un autre type de violence, moins spectaculaire certes, mais tout aussi inquiétant. Profitons de la rentrée pour nous pencher sur ce phénomène.


Lire la suite...

En mars 2012, l’Institut Cardijn fêtait son nonantième anniversaire avec un Festival-colloque : «Festif’Art, Culture et Travail social. Réenchanter le social ». L’occasion était belle de rappeler les grandes étapes d’une histoirequi éclaire le présent et reste largement à écrire.

Lire la suite...

Le 6 avril 1974, Monseigneur Massaux, recteur de l’Université catholique de Louvain, inaugurait la « Faculté ouverte en Politique économique et sociale ». Les orateurs soulignèrent l’innovation que représentait cette initiative conjointe de l’Université et du Mouvement ouvrier chrétien. La FOPES est le produit d’une double ambition. Elle est le chaînon manquant qui couronne les efforts du mouvement ouvrier pour assurer une formation solide aux militant-e-s et aux cadres des organisations sociales et le fruit d’une politique volontariste de démocratisation des études dont l’université ne pouvait rester en marge.

Lire la suite...

Le mouvement ouvrier ne lutte pas seulement pour des droits socioéconomiques. Il revendique aussi la reconnaissance de droits culturels, en lien avec la formation des travailleuses et travailleurs. Dans ce domaine, comme pour toutes les conquêtes sociales, la vigilance reste de mise pour éviter les retours en arrière. Car c’est bien ce qui menace le congé-éducation payé (CEP) sur lequel planent de sombres perspectives. Mais d’où vient-on au juste ? Et qu’implique la régionalisation du dispositif?

Lire la suite...

Malgré certaines (petites !) avancées, il reste beaucoup de chemin à parcourir pour intégrer de jeunes handicapés dans l’enseignement ordinaire en Communauté française. En effet, à peine plus de 800 enfants handicapés fréquentent l’école ordinaire, sur les plus de 30 000 enfants à besoins spécifiques que compte la Communauté. Et il est frappant de constater que le nombre d’enfants inscrits dans l’enseignement spécialisé ne cesse d’augmenter. Tour d’horizon d’une question de société, 40 ans après la création de l’enseignement spécialisé.

Lire la suite...

Le Gavroche

Ne dites plus Facebook mais Meta

Ne dites plus Facebook mais Meta. C’est le nouveau nom donné à la maison mère du géant… Lire la suite
Mai 2019

Tous les numéros

avril 2020