La réforme vise à diversifier et à réorienter les pratiques résidentielles. Elle s’appuie donc essentiellement sur les services existants, ce qui n’est pas sans poser question au regard de la programmation géographique, et ce d’autant plus que des garanties auraient été données sur le maintien de l’emploi. Quatorze arrêtés règlent les conditions d’agrément et de subventionnement pour 14 types de services! Cette inflation réglementaire peut sans doute se comprendre dans le cadre d’une stratégie de diversification de l’offre. La multiplication des types de projets pédagogiques risque cependant de compliquer la lisibilité et partant la crédibilité des services. La simplification n’est malheureusement pas à l’ordre du jour.


Un bref inventaire du panel:
a) Les services d’aide en milieu ouvert (AMO) travaillent sans mandat institutionnel, en apportant aux jeunes une aide préventive (aide individuelle, action communautaire et éventuellement action collective).

b) Les centres d’orientation éducative (COE) apportent aux jeunes et à leurs familles un accompagnement social, éducatif et psychologique dans le milieu sociofamilial.

c) Les services de prestations éducatives ou philanthropiques (SPEP) apportent une réponse éducative par l’organisation de prestations d’intérêt général pour les mineurs qui ont commis des infractions.

d) Les services d’aide et d’intervention éducative (SAIE) apportent une aide éducative dans le milieu familial ou en logement autonome.
e) Les centres d’aide aux enfants victimes de maltraitances (CAEVM) organisent une permanence d’accueil résidentiel pour des jeunes victimes de maltraitances.

f) Les services d’accueil et d’aide éducative (SAAE) organisent l’accueil résidentiel et apportent une aide aux jeunes dans leur milieu familial ou en logement autonome.

g) Les services de placement familial (SPF) organisent l’accueil et l’éducation d’enfants placés en famille d’accueil, ainsi que l’encadrement pédagogique, la sélection, la supervision des familles d’accueil.

h) Les centres d’observation et d’orientation (COO) établissent pour chaque jeune accueilli résidentiellement (en principe pour une durée de cinq mois au maximum) un bilan d’observation et un projet d’orientation.

i) Les centres de premier accueil (CPA) ont le même rôle que les COO pour les jeunes placés pour la première fois.

j) Les services de protutelle (SP) recherchent et accompagnent les protuteurs, désignés lorsque des parents sont déchus de l’autorité parentale.

k) Les centres de jour (CJ) apportent une aide éducative par un accueil et une guidance en journée… et en soirée!

l) Et pour ceux qui ne pourraient pas se retrouver dans une des 13 catégories, ils peuvent organiser un projet pédagogique particulier d’aide aux jeunes en difficulté!
Seuls les SAIE, les CAEVM, les CAS et les CJ constituent de nouvelles catégories de services.

P.H.

Le Gavroche

« Après moi les mouches... »

« Où placer Michel, Reynders, Chastel ? Le casse-tête du casting libéral pour les… Lire la suite
Mai 2019

Tous les numéros

Septembre 2019