Emploi - Formation

Institué en 2004, le système de « contrôle du comportement actif de recherche » des chômeurs entre petit à petit dans sa vitesse de croisière. Il est dès lors possible de commencer à tirer quelques conclusions de l’expérience acquise. Cet article reste général, et ne s’étend pas sur les éventuelles corrections juridiques à apporter aux textes en vigueur, sauf lorsqu’elles touchent à l’essence du système. Il ne rappelle d’ailleurs qu’à très grands traits la description même du système, que le lecteur intéressé pourra trouver facilement dans d’autres publications 1.

Lire la suite...

La nouvelle donne sociale en entreprise ne finit pas d’intriguer les sociologues, les directeurs des ressources humaines et, bien sûr, les organisations syndicales qui sont à la recherche de nouvelles clés d’analyse pour comprendre la manière dont les salariés s’associent, coopèrent et se solidarisent. L’individualisation du travail est un défi lancinant pour l’acteur syndical qui tente de déchiffrer comment se construit un rapport entre l’individuel et le collectif, dans les environnements professionnels actuels. Dans un ouvrage récent (1), Patricia Vendramin propose quelques pistes de réflexion autour de cette question. Dans les lignes qui suivent, elle nous en livre la substantifique moelle.


Lire la suite...

200 000 nouveaux emplois d’ici la fin de la législature ! C’est la mesure phare de la dernière Déclaration de politique fédérale. Peut-on également créer une part importante de ces emplois nouveaux à Bruxelles et en Wallonie ?


Lire la suite...

Beaucoup de choses auront bougé en Wallonie en matière d’insertion socioprofessionnelle durant la législature qui s’achève. (Très !) bref panorama, et éléments d’appréciations.


Lire la suite...

L’utilisation de plus en plus répandue de l’internet modifie depuis plusieurs années déjà l’organisation de l’économie et, partant, des relations de travail. L’expansion progressive du télétravail l’illustre à merveille. Les marchés du travail se « dématérialisent », se virtualisent. Les enjeux sociaux de cette évolution sont énormes. Mais face aux tentatives d’encadrer cette nouvelle forme de travail, les employeurs belges font de la résistance.


Lire la suite...

 

Chaque année, plus de 400 000 jeunes travaillent comme étudiants. Certains souhaitent ainsi accumuler un petit pactole pour s’offrir un extra, arrondir leurs fins de mois ; d’autres, par contre, de plus en plus nombreux, cherchent un job pour subvenir à leurs besoins fondamentaux (logement, études…). Le travail étudiant dans l’emploi total représente 9,1 %. Pour les employeurs, il s’agit d’un instrument de flexibilité intéressant et bon marché ; le travail étudiant n’échappe malheureusement pas à une multitude d’abus.


Lire la suite...

L’objectif convenu lors du Sommet européen de Stockholm, en mars 2001, d’atteindre en 2010 un taux d’emploi de 50 % pour les personnes de 55 à 64 ans, est loin d’être en vue en Belgique. Le débat sur les prépensions reprendra sans doute vigueur d’autant que le nouveau gouvernement sera confronté d’ici peu à des choix budgétaires difficiles. Comment financer notamment la liaison au bien-être des prestations sociales et la réforme fiscale tout en contribuant au Fonds de vieillissement dans une conjoncture au plus bas et des perspectives de reprise lente et graduelle (1) ? Autrement dit, comment faire en sorte que les améliorations sociales soient durables ?


Lire la suite...

« Le travail intérimaire à la croisée des chemins. » Tels sont les mots introductifs au rapport sectoriel d’activités 2001 utilisés par le président de l'Union professionelle des entreprises de travail intérimaire (UPEDI). Des mots parmi d’autres, dans ce genre d’exercice qui relève du « plaidoyer pro domo » et qui est surtout destiné à informer et rassurer investisseurs et collaborateurs (1). Mais pour qui connaît le secteur et ses appétits, ils sont chargés de signification et renvoient aux défis et opportunités qui s’offrent aujourd’hui aux entreprises de travail intérimaire.


Lire la suite...

Au début de cette année, Albin Michel a édité, sous le titre "Le travail sans qualités. Les conséquences humaines de la flexibilité", une version française du dernier ouvrage du sociologue Richard Sennett (1). Ce livre est remarquable à plusieurs égards : son écriture agréable et fluide, sa construction autour de "petites histoires" de gens ordinaires, sa thèse qui porte sur l’effet corrosif de la flexibilité sur le caractère des gens, son registre littéraire : l’essai.


Lire la suite...

Cap pleins gaz vers l’"État social actif"! Tel est l’objectif des dernières mesures prises par le gouvernement arc-en-ciel, "programme printemps" et "plan Rosetta" en tête. S’il est encore trop tôt pour dresser un premier bilan, on peut cependant voir se profiler quelques tendances. Analyse et humeur dans ce numéro de "Démocratie".


Lire la suite...

DEMO SEPTEMBRE 2017 LOW-page-001

recevoir-democratie01

Comité de rédaction

Laurence Blésin, Catherine Daloze, Virginie Delvaux, Patrick Feltesse, Pierre Georis, Christian Kunsch, Frédéric Ligot, Thomas Miessen, Véronique Oruba, Paul Palsterman, Céline Polain, Naïma Regueras, François Reman, Muriel Ruol, Claire Terlinden, Anaïs Trigalet
Rédacteur en chef : Nicolas Roelens
Journaliste : Stéphanie Baudot

Email : democratie@moc.be 

Editeur responsable :
Pierre GEORIS, Centre d'information et d'éducation populaire du MOC (CIEP)
BP50 - 1031 Bruxelles

Avec le soutien de Mouvement Social scrl


ciep-moc-logo © 2013 Revue Démocratie FWB QUADRI HORI