Vous êtes ici : Accueil > Économie
Le 21 juin dernier, le parlement wallon a voté un décret destiné à encadrer le commerce des armes et notamment l’exportation des armes fabriquées en Wallonie qui avait longtemps nourri la polémique. Le mois suivant, se tenait à New York une Conférence des Nations Unies ambitionnant de finaliser un Traité mondial sur le commerce des armes. Un seul constat: à Namur et plus encore à New York, l’éthique et les droits de l’homme n’ont pas fait le poids face au puissant lobby des fabricants d’armes.

Lire la suite...

Plus un jour sans que les oracles des agences de notation soient relayés par les agences de presse. Pourtant, le monde de la notation, malgré une capacité de nuisance évidente, reste encore relativement méconnu. Nous verrons que depuis leur fondation, les agences de notation ont beaucoup évolué sous les coups de boutoir de la libéralisation financière. Une évolution qui revêt toutes les caractéristiques de la corruption. Sans parler d’un parti pris évident pour les institutions anglo-américaines. Des arguments pour une agence publique européenne...

Lire la suite...

À l’instar de ce qu’on a pu voir lors de la crise financière de 2008, les médias ont pris l’habitude depuis le printemps 2011 – dans le contexte de la crise grecque – de relayer minute par minute l’état de santé des principales places boursières européennes. Même les pays les plus solides sur le plan économique connaissent aujourd’hui des difficultés et voient leurs dirigeants contraints d’intervenir, y compris au plus calme de l’été. Les réunions au sommet se multiplient dans le but d’éviter le pire: la faillite des États et ses implications potentiellement dévastatrices sur le plan économique et social. Cette faillite est-elle possible? Première partie d’une analyse en deux temps.

Lire la suite...

La situation des chemins de fer en Belgique. Un dossier complexe qui met en présence des enjeux multiples ; de mobilité bien sûr, de services publics évidemment, et qui renvoie à des questions économiques, sociales, politiques et environnementales. Il est divisé en trois parties. La première revient sur la libéralisation en cours qui a modifié le paysage ferroviaire tant en Belgique, qu’en Europe. La deuxième partie fait le point sur les problèmes actuels au sein de la SNCB et leurs impacts sur les missions de service public. Enfin, la dernière partie est consacrée à une interview de Céline Tellier, chargée de mission « mobilité » à l’association Inter-Environnement Wallonie.

Lire la suite...

 - Pourquoi la diminution de l’offre ferroviaire ne peut pas être une option ?

- Céline Tellier: Cette décision va à l’encontre des évolutions nécessaires en matière de mobilité. Premièrement cela ne répond absolument pas à la demande des usagers puisque depuis 1995 on constate une augmentation de plus de 55 % du nombre de voyageurs au niveau de la SNCB. Deuxièmement, nous devons d’ici à 2020 réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) de 30 % par rapport à 1990. Dans cet effort à fournir, le secteur du transport est un enjeu énorme. Entre 1990 et 2009, les émissions de CO2 imputables à ce secteur ont augmenté de 33 % ! Diminuer l’offre de trains est en contradiction complète avec la nécessité d’un report modal massif vers le train qui reste le mode de transport le moins polluant. Enfin, selon les estimations du Bureau du Plan, on devrait assister à une augmentation de 30% du nombre de déplacements entre 2005 et 2030 à l’échelle nationale. Cela va nécessiter des investissements massifs dans le secteur ferroviaire et celui des transports publics en général.

Lire la suite...

Les accidents de Pécroz puis de Buizingen ont mis en lumière de manière dramatique la crise dans laquelle se trouve la SNCB. Le mal serait même profond. Trois éléments particuliers reviennent sans cesse à la surface pour expliquer cette situation. Un problème organisationnel : la nouvelle structure du groupe à trois « têtes » fonctionne mal. Un problème financier : la dette importante du groupe fragilise sa situation et met en péril ses missions de service public. Un problème idéologique : on peut douter que la libéralisation totale du secteur, prévue à l’horizon 2017, soit de nature à améliorer la situation.

Lire la suite...

Dans le contexte d’une austérité programmée au niveau européen, après une crise financière sans précédent, la fiscalité devient plus que jamais un enjeu démocratique. En France, elle s’est invitée dans le débat politique et sera un des thèmes majeurs de la campagne présidentielle. Le manifeste « Pour une révolution fiscale, un impôt sur le revenu pour le XXIème siècle» est une contribution majeure au débat, offrant à chaque citoyen l’opportunité de se saisir de la question fiscale pour faire émerger «un large débat public»1.

Lire la suite...

Les nouveaux indicateurs de richesse alimentent, depuis quelques années déjà, de nombreux débats au sein des grandes institutions. Si ces débats gagnent en ampleur aujourd'hui, c'est parce que le PIB et sa croissance n'apparaissent plus adéquats pour répondre aux défis sociaux et écologiques du XXIè siècle. On peut s'en réjouir. Mais à bien y regarder, certaines des propositions qui émergent ont de quoi susciter une attention critique...

Lire la suite...

Depuis ce 1er janvier 2011 le marché postal en Belgique est complètement ouvert à la concurrence. «Enfin!», diront les promoteurs de cette mesure qui, de négociations en reports, attendaient ça depuis plus de quinze ans. En effet, selon eux, cette libéralisation totale du secteur postal doit permettre un fonctionnement plus efficace du marché au bénéfice des consommateurs et des entreprises à travers des services moins chers et de meilleure qualité. Et pourtant, comme on s’en doute, cela risque de ne pas être aussi simple… Un cas d’école même!

Lire la suite...

Les récents pourparlers au sein du G 20 qui se sont tenus en novembre à Séoul ont mis en lumière l’existence de tensions sur les marchés monétaires. On ne partagera guère l’enthousiasme de Christine Lagarde, ministre française de l’Economie, qui, au lendemain du G20, estimait que «nous avons tourné le dos à la guerre des monnaies en nous engageant à ne pas recourir à des politiques de dévaluation compétitive»1. La ministre avait parlé trop vite.

Lire la suite...

DEMO JUIN 2017 LOW-page-001

recevoir-democratie01

Comité de rédaction

Laurence Blésin, Catherine Daloze, Virginie Delvaux, Patrick Feltesse, Pierre Georis, Christian Kunsch, Frédéric Ligot, Thomas Miessen, Véronique Oruba, Paul Palsterman, Céline Polain, Naïma Regueras, François Reman, Muriel Ruol, Claire Terlinden, Anaïs Trigalet
Rédacteur en chef : Nicolas Roelens
Journaliste : Stéphanie Baudot

Email : democratie@moc.be 

Editeur responsable :
Pierre GEORIS, Centre d'information et d'éducation populaire du MOC (CIEP)
BP50 - 1031 Bruxelles

Avec le soutien de Mouvement Social scrl


ciep-moc-logo © 2013 Revue Démocratie FWB QUADRI HORI