Vous êtes ici : Accueil > Économie

Derrière nos factures d'électricité se trame une véritable révolution. Depuis le 19 février dernier, il existe un marché unique européen de l'électricité. Cet embryon d'“Europe de l'énergie” ne compte cependant que douze États membres: la Belgique ainsi que l'Irlande et la Grèce n'en font pas encore partie. Notre pays a obtenu un délai d'un an supplémentaire pour rejoindre ce groupe de tête. Le ministre de l'Énergie, M. Poncelet, a néanmoins décidé de réduire ce délai et souhaite boucler le dossier avant les élections de juin prochain.


Lire la suite...

Tous les pays de l’OCDE ont été touchés par un effondrement de la part de la richesse nationale qui va aux travailleurs au cours des 30 dernières années et ce, de manière plus (France) ou moins rapide (États-Unis). L’autre partie, correspondant aux bénéfices qui sont soit convertis en investissements, soit reversés aux actionnaires (versement de dividendes, rachats d’actions…) a mécaniquement gagné en importance.

Lire la suite...

L'annonce par la société de Bourse Euronext, qui rassemble depuis 2000 les Bourses de Paris, Bruxelles et Amsterdam (ainsi que Lisbonne depuis 2002), de son projet de fusion avec la Bourse de New York – NYSE (New York Stock Exchange) – pose indirectement la question de la pertinence d'un marché boursier unique européen. Et ce, de façon d'autant plus aiguë que cet accord de fusion transatlantique succède à l'échec de négociations avec d'autres places boursières européennes (Francfort et Milan). Avant de répondre à la question, un détour est nécessaire pour expliquer le rôle exact de ces sociétés de Bourse dans le fonctionnement des marchés financiers et le rôle même de ces marchés financiers dans le capitalisme actuel.

Lire la suite...

Il paraît difficile d’évoquer aujourd’hui la question des revenus et de la fiscalité sans faire référence au rôle joué par la finance. À la suite de la mondialisation financière, c’est-à-dire de la constitution, au cours des deux dernières décennies, d’un espace financier mondial, la finance est devenue l’institution dominante de notre système économique. Cette suprématie s’observe à différents niveaux.


Lire la suite...

L’État belge s’est construit sur les principes d’un libéralisme politique enraciné dans la philosophie des Lumières : primauté de l’individu, égalité et liberté pour tous. Ces grands principes sont consacrés dans la Constitution de 1831 : liberté de la presse, liberté de culte, d’enseignement, d’association. Le texte rédigé par le Congrès national, c’est-à-dire par des représentants de l’aristocratie, de la bourgeoisie foncière et industrielle et des professions libérales, est réputé pour être, à l’époque, l’un des plus libéraux du monde. Toutefois, en ce qui concerne l’exercice des droits politiques, il contient une importante disposition restrictive : il soumet l’obtention de ceux-ci à l’obligation de payer un certain montant d’impôts directs, le cens.


Lire la suite...

À l’heure où l’on s’interroge sur la responsabilité sociale des entreprises et la « moralité » du capitalisme, Christian Arnsperger, professeur à l’UCL et Docteur en sciences économiques affirme dans un récent ouvrage que la culture capitaliste est intrinsèquement inapte à réaliser l’idéal éthique d’égalité. Dans sa « Critique de l’existence capitaliste – Pour une éthique existentielle de l’économie » (*), ses réflexions l’amènent à s’interroger non pas tant sur le système économique lui-même que sur le comportement de l’individu dans ce système. Cet ouvrage stimulant pose de nombreuses questions sur notre rapport à l’économie et sur la forme que pourrait prendre une société plus juste. Présentation du livre et interview de l’auteur.


Lire la suite...

Retracer et analyser les cinquante dernières années de l’économie belge, telle est la tâche énorme à laquelle s’est attelé Reginald Savage. Un imposant ouvrage en est le fruit : « Économie belge 1953-2000 – Ruptures et mutations », paru récemment aux Presses universitaires de Louvain. Un livre qui permet de mieux comprendre, du point de vue d’une petite économie ouverte comme la Belgique, les « golden sixties », la « crise économique » après le premier choc pétrolier, la montée du néolibéralisme, les années de restrictions budgétaires, la mondialisation… Impossible, bien sûr, de résumer une telle somme d’analyses et d’informations en quelques lignes. Dans les pages qui suivent, Patrick Feltesse nous livre néanmoins une synthèse des principales leçons de l’ouvrage.


Lire la suite...

Dans de nombreuses entreprises « modernes », les nouvelles techniques de management rencontrent, à première vue, le besoin de reconnaissance des travailleurs, en particulier ceux dont le travail est peu considéré. Soudain, en effet, l’employeur porte un intérêt au travailleur, assorti d’offres de formation, d’élargissement des tâches, etc. Tout à coup, la hiérarchie reconnaît à l’opérateur un formidable potentiel. Ce n’est que plus tard que celui-ci se rend compte que l’évaluation de la performance individuelle fait de lui un travailleur isolé de son groupe d’appartenance dans la négociation avec l’employeur.


Lire la suite...

Après avoir, dans le précédent numéro de Démocratie, proposé un nouveau « découpage » de l’histoire économique belge de l’après-guerre, Philippe De Villé nous propose ici une analyse de la période qui a suivi la dévaluation du franc belge, en 1982. Jusque-là, le compromis social fondateur, né dans l’immédiat après-guerre, avait permis de construire un mode de développement qui combinait paix sociale, croissance économique, redistribution de ses fruits et protection sociale extensive. Mais cet âge d’or cachait mal des « lézardes » qui allaient éclater au grand jour à partir des années 80. La parole à M. De Villé.

 

Lire la suite...

« Années d’argent » (1945-1960), « Âge d’or » (1960-1974) et « Années de plomb » (1974 à nos jours), c’est souvent ainsi que nous est contée l’histoire économique de la Belgique. Ce découpage, qui reflète bien les ruptures des rythmes de croissance, permet-il pour autant de lire les différentes évolutions internes à chacune des périodes ? Philippe De Villé, professeur à l’IRES (UCL), nous propose ici une autre approche qui permettra de mieux comprendre l’émergence du concept d’État social actif.


Lire la suite...

Couvjuillet-aout17

recevoir-democratie01

Comité de rédaction

Laurence Blésin, Catherine Daloze, Virginie Delvaux, Patrick Feltesse, Pierre Georis, Christian Kunsch, Frédéric Ligot, Thomas Miessen, Véronique Oruba, Paul Palsterman, Céline Polain, Naïma Regueras, François Reman, Muriel Ruol, Claire Terlinden, Anaïs Trigalet
Rédacteur en chef : Nicolas Roelens
Journaliste : Stéphanie Baudot

Email : democratie@moc.be 

Editeur responsable :
Pierre GEORIS, Centre d'information et d'éducation populaire du MOC (CIEP)
BP50 - 1031 Bruxelles

Avec le soutien de Mouvement Social scrl


ciep-moc-logo © 2013 Revue Démocratie FWB QUADRI HORI