Les jeux sont presque faits. La coalition « suédoise » devrait voir le jour très prochainement. Evidemment, la gauche et les mouvements sociaux s’attendent à des lendemains qui déchantent. Il y aura assurément de nombreuses occasions de battre le pavé. Mais on ne pourra pas reprocher à notre probable futur gouvernement de ne pas assurer l’avenir de l’approvisionnement énergétique de notre plat pays. Quoi !? Comment !? Vous n’avez pas entendu ? Pour la future coalition fédérale, la solution est toute trouvée et réside dans le...nucléaire. Pour celles et ceux d’entre vous qui, depuis 2003, attendaient avec impatience la fermeture de certains réacteurs, il faudra retourner à vos chères études. Car vraisemblablement, « nos » réacteurs continueront à fonctionner au-delà de 2025. La N-VA envisage même de prolonger la présence du nucléaire sur le sol belge jusque 2065 via la construction d’une nouvelle centrale (dont le coût avoisine 9 milliards d’euros). 11 ans que la loi de sortie du nucléaire a été votée. 11 ans ! 11 années durant lesquelles quasi aucune politique d’approvisionnement énergétique plus saine n’a été mise au point par les gouvernements qui se sont succédé. Et moi qui croyais que gouverner, c’était prévoir...
Ne soyons tout de même pas trop médisants : la coalition « suédoise » prépare l’avenir. Elle planche d’ailleurs sur l’achat de nouveaux avions de chasse afin d’être en mesure de transporter les bombes nucléaires (encore, lui !) américaines stockées sur notre sol. Coût de l’opération : 4 milliards d’euros. Décidément, le royaume de Suède ne semble pas connaître la crise.Amen au

Le Gavroche

Nos valeurs...

C’est l’une des dernières initiatives officielles prises par Maggie De Block au cours de… Lire la suite
Mai 2019

Tous les numéros

Juin 2019