En ardent défenseur du service public, il m’arrive de surfer entre les tunnels publicitaires pour tenter d’écouter les émissions d’information et de divertissement de La Première radio. Un exercice volontariste à certaines heures. Dernier exploit en date: ce matin même. Pour parvenir à boucler le Tour d’Europe des quotidiens, une revue de presse qui a le mérite d’offrir un peu de recul, il m’a fallu traverser une succession de pubs aussi criardes qu’agaçantes à force de véhiculer les poncifs de la société de consommation, quand ce ne sont pas des stéréotypes limite racistes. «Ne comptez pas sur un Allemand pour faire une publicité subtile», nous conseille le constructeur Opel plusieurs fois par heure. Ben non tiens ! On peut sûrement compter sur un Allemand pour construire une voiture solide, comme on peut se fier à un Suisse pour être à l’heure, ou attendre d’un noir qu’il soit en retard... Mais là, je dépasse les frontières du politiquement correct. Car si depuis soixante ans l’Europe peut rire des Allemands, comme depuis trop longtemps les Français s’amusent des p’tits Belges et depuis toujours les Juifs se moquent d’eux-mêmes, il y a des limites... Par exemple, il est désormais strictement interdit de ricaner du miracle économique allemand. Productivité, croissance, taux de chômage, le refrain est connu à travers l’Europe qui n’a de cesse de l’entonner. Il n’y a que dans la bonne ville de Bochum que la rengaine sonne faux, comme nous l’apprenait ce matin le fameux Tour d’Europe de la presse. C’est qu’Opel, le principal pourvoyeur d’emplois de Bochum, a renoncé à investir en Rhénanie-du-Nord-Westphalie pour mieux se déployer... en Corée. Pas très subtil, en effet... et finalement pas si solide non plus.

Le Gavroche

« Après moi les mouches... »

« Où placer Michel, Reynders, Chastel ? Le casse-tête du casting libéral pour les… Lire la suite
Mai 2019

Tous les numéros

Septembre 2019