Tout le monde connaît l’expression «foncer droit dans le mur». Hé ben, elle m’est directement venue en tête en lisant le dernier numéro de l’Institut de Recherchers économiques et sociales (IRES). On me fait faire des choses dans ce métier... Il annonçait pour 2012 non pas une croissance économique de 1,5 % comme prévu au départ, mais une récession de - 0,3 %, soit un recul de 1,8 point de base comme disent les économistes. Rien de bien chinois dans l’affaire, mais la simple conséquence directe, inéluctable, implacable, logique, largement prévisible des programmes d’austérité budgétaire mis en place dans tous les pays européens simultanément. C’est-à-dire tous ensemble et en même temps pour être sur de ne pas rater son coup. Question d’être certain de nous plonger pour longtemps dans la récession. Paraît qu’il faut rassurer les marchés financiers de notre capacité à long terme à rembourser notre dette. En d’autres mots, il faut leur rendre confiance, quitte en contrepartie à déprimer au passage tous les peuples du Vieux Continent... Bref, c’est un peu l’impression de vivre une sorte de cauchemar éveillé, un voyage en absurdie, l’impression de se retrouver au pied du mur... Une autre expression qui me vient en tête quand je me demande comment on va s’en sortir... Quant à savoir comment terminer cette rubrique, c’est comme dans la chanson de Renaud : « pas facile de trouver une chute rigolote quand on s’retrouve à poils sans ses bottes ». C’est la crise pour tout le monde après tout!

Le Gavroche

« Après moi les mouches... »

« Où placer Michel, Reynders, Chastel ? Le casse-tête du casting libéral pour les… Lire la suite
Mai 2019

Tous les numéros

Septembre 2019