Lire la presse économique ces jours-ci est une expérience vraiment étrange. D’accord, c’est la crise. Rien ne va bien, tout va mal. Sont trop hauts : le chômage, l’euro et les dettes publiques. Sont trop bas : le dollar, les investissements, les recettes publiques. Tout cela, on le sait. Mais ce qui est étrange c’est ce qui est présenté comme la solution à tous ces maux. Les spécialistes sont à la recherche de, vous savez quoi ? De con-so-ma-teurs ! Au secours, crient-ils en chœur, on n’a pas assez de consommateurs ! Et c’est tellement un problème que ça finit par provoquer une bagarre mondiale. Obama dit aux Chinois : « À vous de consommer maintenant ! ». Les Français disent aux Allemands : « Mais qu’est-ce que vous attendez pour consommer ? » Les Européens espèrent que les Américains vont re-consommer tandis que ces derniers attendent de nous que nous consommions plus. Ah si seulement les Chinois pouvaient consommer, imaginez tous les excédents de production qu’on pourrait leur fourguer ! Bref, il faudra bien que quelqu’un recommence à consommer, car ça relancera le tiroir-caisse du détaillant, le compte du distributeur, du grossiste, de l’usine, du producteur, de l’exportateur, de l’actionnaire et de l’État. Mais dans cette course mondiale au consommateur, personne ne demande : consommer quoi... et dans quel but ? Tout et n’importe quoi, sans raison, et surtout sans arrêt ! Sinon tout s’effondre ! Étrange intoxication, ne trouvez-vous pas ? Surtout qu’il y a tout de même encore un milliard de personnes qui souffrent de la faim et de la malnutrition dans le monde, et qui ne demanderaient pas mieux que de consommer, ne fut-ce qu’un peu de pain, un peu de riz, un peu d’eau fraîche. Mais non... ces consommateurs-là n’intéressent personne. Allez donc comprendre.

 

Le Gavroche

« Après moi les mouches... »

« Où placer Michel, Reynders, Chastel ? Le casse-tête du casting libéral pour les… Lire la suite
Mai 2019

Tous les numéros

Septembre 2019