La gauche, la droite, c’est dépassé, je l’ai lu dans le journal. Et c’est sûrement vrai, puisque c’est Louis Michel qui le dit. Franchement, au début, je n’y ai pas cru. Certes, que la droite fût complètement dépassée, je m’en étais déjà aperçu. Le 15 septembre 2008 au soir, pour être précis. Mais la gauche aussi ? Ça, ça me dépasse, à l’heure où tout le monde parle de taxer la spéculation, de nationaliser les banques, de supprimer les bonus... Pourtant, si c’est vrai, cela change tout. Car alors une question se pose inévitablement : la gauche et la droite sont dépassées par qui ? Je vous le donne en mille : par le parti de Louis. Car, explique-t-il dans le même journal, sur l’échiquier politique belge, le MR ne se situe désormais ni à gauche, ni à droite, mais « en avant ». Bon. OK. On aurait aussi pu dire « en haut ». Ou « dessus ». Ou « deuxième porte en oblique à droite après le couloir ». Mais non, c’est « en avant », ce qui veut dire que les autres partis sont, par voie de conséquence, « en arrière ». Et ça, pour eux, c’est toujours un petit peu embêtant quand on prétend vouloir diriger le monde ou au moins la Wallonie. Donc, bien joué Louis ! Désormais, il n’y a plus les riches à droite et ceux qui rêvent de le devenir à gauche. Il n’y a plus les héritiers à droite et les profiteurs à gauche. Il n’y a plus les rentiers à droite et les chômeurs à gauche. Tous ensemble « en avant » : héritiers et profiteurs (ce qui, au fond, revient au même), rentiers et chômeurs (ce qui, au fond, revient au même). Tous unis sous la bannière « Mieux pour tous » : mieux pour les patrons et pour les ouvriers au chômage économique ; mieux pour les actionnaires et pour les sans-papiers en grève de la faim : mieux pour les traders et pour les minimexés dans les taudis. Vive l’égalité !

Le Gavroche

« Après moi les mouches... »

« Où placer Michel, Reynders, Chastel ? Le casse-tête du casting libéral pour les… Lire la suite
Mai 2019

Tous les numéros

Septembre 2019