Ce sont des images de bonheur insolent que diffusait l’autre jour la télévision française. Le thème du documentaire : les gagnants du Loto, un an après. Et de suivre pas à pas les nouveaux multimillionnaires dans leur nouvelle vie. Étonnant et instructif. Ainsi, ce berger qui a dû quitter son village parce qu’il ne s’y sentait plus accepté, et a dû trouver refuge dans une superbe villa d’un quartier de riches (« là, je me suis senti intégré »). Ou encore, cet autre multimillionnaire qui ne se souvient plus exactement combien de propriétés il s’est achetées. Ou encore celui-là, qui invite ses amis dans son domaine de 500 hectares pour organiser une partie de chasse, et parle incidemment de cet autre « petit domaine » (sic) de 50 hectares qu’il vient de s’offrir. Ce qui est fou, c’est qu’à y regarder de près, même les rides de ces gagnants sont devenues des rides de riches. Vous savez, celles de la décontraction... Quoique... Lors d’une soirée des gagnants organisée par La Française des Jeux, on surprend cette étrange conversation entre deux nouveaux multimillionnaires. Le premier : « vous avez gagné combien, vous ? » Le second : « trois millions d’euros. Et vous ? » Le premier : « Moi, 27 millions ». Le second se prend la tête entre les mains : « 27 millions ! Ah, ça fait rêver ! » (re-sic)... Hé oui, messieurs dames, les riches ont encore des rêves. Du moins, ils en ont au moins un : celui d’être encore plus riche. Ainsi va la vie... Le jour où le 27-millionnaire rencontrera un 100-millionnaire, il deviendra tout triste. « Qui plus a plus convoite » dit la sagesse proverbiale du XIIIe siècle. « Assez à qui se contente » dit celle du XVIe. Pauvres riches...

 

Le Gavroche

« Après moi les mouches... »

« Où placer Michel, Reynders, Chastel ? Le casse-tête du casting libéral pour les… Lire la suite
Mai 2019

Tous les numéros

Septembre 2019