27 août 1859. Il va y avoir tout pile 150 ans. C’est dingue, non ? Le 27 août 1859, un bourlingueur américain se faisant appeler colonel Drake fait jaillir pour la première fois du pétrole du sous-sol américain. Avec un ami puisatier, ils avaient creusé un puits, l’or noir en est sorti. À l’époque, produire chaque jour huit ou dix barils de pétrole a fait multiplier la production mondiale de pétrole par... deux ! La suite, vous la connaissez : ruée vers l’or noir, remplacement de l’huile de baleine pour les lampes à huile, puis utilisation dans les transports, la production d’énergie, etc. Voilà donc tout pile 150 ans que nous sommes entrés dans l’ère de ce liquide visqueux qui nous vaut des guerres en Irak, des dictatures, des monarchies pétrolières, des Georges Bush, de la pollution, des problèmes respiratoires, du réchauffement climatique, des Bernie Ecclestone et des Spa-Francorchamps. En Afrique et en Amérique latine, on parle de la « malédiction du pétrole » : 60 % des personnes les plus pauvres vivent dans des pays riches en ressources pétrolières... Cher, colonel Drake, si seulement tu avais pu te casser la jambe ce matin-là… Sans pétrole, pas d’industrie automobile dont le sauvetage va nous coûter des milliards de dollars afin que nous puissions continuer d’acheter des autos pour nous aligner dans les embouteillages... Ah oui, cher colonel, il paraît aussi que tu sombras dans la pauvreté : dépourvu du sens des affaires, tu ne brevetas pas ton système de forage. Ne t’inquiète en tout cas pas pour les descendants des exploitants de ton puits, ils se portent plutôt bien, merci. Quoi qu’il en soit, dans quelques (dizaines d’) années, il n’y aura plus une goutte de pétrole. Et l’on pourra enfin refermer la parenthèse.

Le Gavroche

« Après moi les mouches... »

« Où placer Michel, Reynders, Chastel ? Le casse-tête du casting libéral pour les… Lire la suite
Mai 2019

Tous les numéros

Septembre 2019