Mais à quoi jouent les ONG, les syndicats, voire quelques partis de l’opposition    ? N’ont-ils rien de mieux à faire que d’agiter inutilement les « peurs » de leurs concitoyens ? Face à tant de zèle, certains ont décidé de prendre le taureau par les cornes et de riposter pour rétablir LA vérité.
Tout a commencé avec Cécilia Malström. Sur les ondes d’une radio francophone belge à forte audience, la commissaire européenne au Commerce a choisi de tordre le cou à toutes ces fausses rumeurs : le traité transatlantique sera une bonne chose. Pour tout le monde. C’est l’évidence même. Ensuite est venu le tour de Marie-Christine Marghem. Pour la ministre de l’Énergie, cela ne fait aucun doute : les vieilles centrales nucléaires belges peuvent redémarrer. Il n’y a aucun danger. Des études impartiales existent pour le prouver... Le problème avec les gros mensonges, c’est qu’ils passent (encore plus) mal. Du coup, les gens s’indignent, se coalisent et, parfois, se structurent politiquement. Le tout dans le but de trouver une solution par le haut à l’indigne spectacle politique qui leur est proposé. Après la récente victoire de Syriza en Grèce, une partie des Espagnols a ainsi opté pour Podemos et pour une autre vision de la démocratie. Celle qui doit redonner espoir, serait-on tenté d’écrire.

Le Gavroche

« Après moi les mouches... »

« Où placer Michel, Reynders, Chastel ? Le casse-tête du casting libéral pour les… Lire la suite
Mai 2019

Tous les numéros

Septembre 2019